biotechnologies, biodiversité des plantes
Accueil --- Préambule --- Biotechnologies classiques et modernes --- Biodiversite -- Diversité génétique (mesures) -- Environnement --- Techniques --- Techniques-video --- Annonces --- Newsletter --- Tests des connaissances-QCM --- Manifestations scientifiques--- Publications (Recherche scientifique) --- E-books --- Liens --- Liens-partenaires --- Contact / ( Sauver le palmier ) ---
Recherches scientifiques sur la sécheresse, Biotechnologies au Maghreb et Emission de gaz polluant en Afrique. Newsletter N° 8

Ce bulletin relate des informations relatives aux: 1/ recherches sur la sécheresse et la salinité , 2/ Biotechnologies au Maghreb, 3/ émissions des gaz polluant en Afrique l et 4/ congrès de Biochimie, Marrakech 2009.  


Relancement des recherches scientifiques sur la sécheresse et la salinité.

Contrairement aux animaux et aux microorganismes, les plantes, ne pouvant se déplacer, sont à la merci de leur environnement et peuvent subir des domages énormes si elles ne sont pas détruites complètement.

De nos jours, la secheresse est devenue un facteur principal de la réduction des productions des aliments. Comme la population mondiale enregistre une augmentation estimée à 50% (passage de 6,1 milliards en 2001 à 9,3 milliards en 2050), partout dans le monde, plusieurs recherches scientifiques ont projeté la sélection de variétés de céréales résistantes à la secheresse et à la salinité. Toutefois, les mécanismes de tolerance à ces deux facteurs restent complexes génétiquement et physiologiquement. Ils dépendent, entre autres, de l'espèce et de son stade de développement.


Recherche rapide dans ce site et les sites liés de l'auteur (Fr, Ar, Eng) - بحث سريع في هذا الموقع و المواقع المرتبطة للمؤلف

Protéines et Enzymes, Baaziz 2013

Un blé anti-secheresse en Australie. Des chercheurs australiens travaillant sur la selection de varietés de blé résistantes à la sécheresse, ont remporté un premier succès lors d'essais en plein champ. Ils espèrent obtenir le premier blé transgénique commercialisé dans le monde d'ici cinq à dix ans.

blé résistant à la secheresse

Les parcelles de test ont été semées dans l'Etat de Victoria, une région d'Australie quia subi de lourdes pertes à cause de la sécheresse lors de la récolte 2006-2007. Aucun blé transgénique n'existe actuellement sur le marché au niveau mondial en raison de la forte opposition des consommateurs et des écologistes. Face aux pénuries alimentaires et à la flambée des prix des céréales, le projet pourrait être relancé.


Arabidopsis au secours des recherches scientifiques sur la résistance à la salinité.

Plusieurs laboratoires cherchent à identifier les gènes responsables de la résistance à la secheresse et à la salinité. Pour cela, ils comparent les espèces les plus sensibles comme Arabidopsis thaliana et les espèces

plante resistante à la salinité

relativement résistantes comme Thellungiella halophila, deux espèces très proches (90-95% de séquences DNA identiques). L'espèce Thellungiella halophila tolère suffisamment la salinité ( et aussi le froid) et reste productive à des salinités allant jusqu'au 500 mM (eau de mer). Elle ne possède pas de glandes à sel ou d'autres variations morphologiques comme celles des halophytes. Cela suggère que cette espèce utilise le même équipement de résistance à la salinité comme celui des non halophytes. Sauf qu'on ne sait pas comment et quant il devient fonctionnel. Des travaux de recherche ont montré que la résistance à la salinité exprimée par Thellungiella halophila est lié à la synthèse élévée de proline et à l'activation des compsantes biochimiques du stress oxydatif

(lien: http://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?artid=519083).
Plus d'information dans les liens:
- http://www.plantphysiol.org/cgi/content/abstract/135/3/1718
- http://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?artid=519085
- http://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?artid=519083

Regard sur les Biotechnologies du secteur agricole au Maghreb

Analysant les potentialités et les atouts que possèdent les pays du Maghreb aussi bien sur leur position geographique entre l'Europe, l'Afrique et l'orient qu'au niveau des ressources naturelles dont ils disposent, on se demande pourquoi le Maghreb n'a pas montré un vrai engagement dans les biotechnologies pour subvenir aux besoins d'une population qui s'approche de 100 millions d'habitants (Biotechnologies.Attitude au Maghreb).
Regardons de l'autre rive de la Mediterrannée, l'Europe, on constate des percées remarquables dans le secteur des biotechnologies. Les entreprises actives ont réalisé des records sur le plan mondial en 2007. Le total de leurs chiffres d'affaires a passé le cap des 83 mrds de dollars, selon un rapport publié cette année (2008) par Ernst &Young, une progression de 8% par rapport à 2006 a été notée. Les firmes suisses ont également battu des records, avec un chiffre d'affaires total en hausse de 10,8% à 7 mrds de francs, selon le rapport Swiss Biotech 2008.
Certes au Maghreb, on avait commencé à penser à la création de technopôles ou 'Parcs technologiques et scientifiques' comme celui le Technopark de Casablanca au Maroc, le Centre d'El Ghaazala en Tunisie et le Centre de Sidi Abdellah en Algérie. Mais, peu de choses sont faites dans les sciences du vivant. Des vrais programmes mobilisateurs visant la dotation du Maghreb d'outils de recherche-développent biotechnologiques adaptés aux enjeux, sont absents. Première des choses, la formation et la recherche dans les sciences du vivant nécéssaires en biotechnologies, dont la biologie cellulaire et Moléculaire, la génétique , l'immunologie, la virologie, l'enzymologie, etc..Ceci contribue à bien connaître le fonctionnement des bactéries, levures, champignons, cellules végétales et animales, tissus et organismes...Faut-il aussi former dans les ingénieries commes le génie génétique, génie enzymatique, génie des fermentations, ingéniérie des protéines et des macromolécules (relation structure-fonction), ingéniérie de bioreactifs et des bioreacteurs. Pour assurer cette formation, les Universités et les Centres de formation et de recherche ne manquent pas au Maghreb. Déjà en Algérie on compte une vingtaine d'universités, une quainzaine au Maroc et presque autant en Tunisie (http://www.takween.com/links.html).

Maghreb. Biotechnologies

Faut-il aussi remarquer que ce ne sont pas les Universités en nombre qui est l'essentiel, mais ce sont plutôt, les programmes adaptés, l'équipement, le fonctionnement et la gouvernance qui sont les éléments clef de la réussite d'une formation pour les biotechnologies.
Donnons un bref aperçu sur les biotechs au Maghreb.

Au Maroc, l'activité prédominante des biotechnologies est l'utilisation de la culture des tissus en recherches agronomiques. Les principales espèces concernées sont l'olivier, les citrus, la vigne, le bananier, l'orge, la tomate, la pomme de terre, le pistachier et le palmier dattier. Contrairement au autres pays du Maghreb, le Maroc a connu un développement industriel de la culture de tissus. Trois exemples sont à citer: 1/ Assainissement et régénération de la pomme de terre dans les laboratoires de la SOGETA (Société de Gestion des Terres Agricoles), 2/ Production de vitro-plants de palmier dattier, bananier et verveine par les laboratoires des Domaines royaux de Meknès. 3/ Assainissement et micropropagation des agrumes par la SODEA (Société de développement Agricile).

En Tunisie, le Centre Ntional de Biotechnologie de Sfax, crée en 1983, développe un programme axé sur plusieurs aspets des biotechnologies agricoles et d'autres axes de recherche. Avec les autres Instituts, le programme des biotechnologies concernent l'arboriculture, la viticulture et la phoeniciculture, en plus des cultures maraîchères.
En Algérie, les biotechnologies concernent l'industrie agroalimentaire, l'amélioration de la production agricole. Comme exemples de plantes d'intérêt, on trouve les céréales, le palmier dattier, l'artichaut et les cultures maraîchères.
Le passage des résultats de biotechnologies à la phase industrielle a été beaucoup plus marqué au Maroc. Les biotechnologies visant l'amélioration des productions agricoles avancent au Maghreb, mais lentement. Quant aux procédés de génie génétique, un retard est accusé. L'urgence dans la formation de jeunes chercheurs dans ce domaine s'impose de plus en plus. ................................. M. Baaziz, Ucam, Marrakech, Maroc ............


Lu pour vous.. Quels sont les pays de l'Afrique les plus émetteurs de CO2 ?

Le Nigeria et l'Afrique du Sud sont les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (GES) d'Afrique, responsables de presque 90% des émissions du continent, ont affirmé samedi des experts sur le climat réunis à Accra.

"Le Nigeria produit presque 45% des émissions de GES d'Afrique à cause du gaz brûlé dans les torchères des gisements pétroliers du delta du Niger, tandis que l'Afrique du Sud en produit la même quantité à cause de sa pollution industrielle," a indiqué à l'AFP Stefan Cramer, spécialiste de la géologie marine et responsable du bureau nigerian de la fondation écologiste allemande Heinrich Boll. M. Cramer s'exprimait dans le cadre d'une conférence de l'ONU sur le climat, au Ghana. 'Le Nigeria émet 20 milliards de m3 de gaz de torchères chaque année, soit 13% des 150 milliards de m3 émis dans le monde, ce qui fait de ce pays le second plus gros émetteur au monde derrière la Russie', a-t-il précisé.

émissions de gaz

'Les émissions du Nigeria et d'Afrique du Sud, aussi importantes qu'elles en aient l'air, ne sont en aucun cas comparables aux émissions des pays industrialisés," a-t-il cependant ajouté.

Christian Teriete, un porte-parole de l'organisation de préservation de l'environnement, a estimé que les émissions de GES des deux pays étaient négligeables comparé aux 150 ans d'émission de gaz à effet de serre de l'Europe.

"C'est pour cette raison que l'Afrique du Sud insiste pour que les pays développés montrent l'exemple en matière de réduction de GES avant que les pays en voie de développement ne réduisent leurs propres émissions," a-t-il expliqué.

"Ce n'est pas normal que le Nigeria et l'Afrique du Sud, par exemple, réduisent leurs émissions alors que les pays industrialisés, qui sont en grande partie responsables du changement climatique, ne fassent aucun effort pour réduire les leurs," a-t-il affirmé.

Source: http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-36710029@7-37,0.html

3e. Congrès de Biochimie. La réunion scientifiques conjointe de Marrakech 2009 concerne la résistance des plantes aux stress

TROISIEME CONGRES INTERNATIONAL DE BIOCHIMIE, REUNION SPECIALE DE L'IUBMB SUR LA RESISTANCE DES PLANTES AUX STRESSES & SIXIEME CONGRES DE LA FEDERATION AFRICAINE DES SOCIETES DE BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE. MANIFESTATION CONJOINTE A MARRAKECH (MAROC), 20-25 AVRIL 2009

C'est une manifestation grandiose qui regroupe 4 grandes parties leaders dans la biochimie et la biologie Moléculaire: La Société Marocaine de Biochimie et Biologie Moléculaire (SMBBM), l'Union International de Biochimie et Biologie Moléculaire (IUBMB, http://www.iubmb.org), la Fédération des Sociétés Africaines de Biochimie et Biologie Moléculaires (FASBMB, http://www.fasbmb.org.za/) et la Société Espagnole de Biochimie et Biologie Moléculaire (SEBBM, http://www.sebbm.bq.ub.es).

Nous avons joint le congrès habituel de la SMBBM aux manifestations d'autres Sociétés, Unions ou Fédérations. Nous croyons que ceci donnera une 'valeur ajoutée' aux activités de notre Société. Avec la manifestation conjointe d'Avril 2009, vous aurez l'occasion vous même et vos Etudiants de prendre connaissance des nouveautés scientifiques relatives à tous les thèmes de Biochimie et Biologie Moléculaire et d'établir de liens directs avec les meilleurs biochimistes du Monde.

Afin de marquer l'événement de 2009 et partant des préoccupations mondiales liées à l'agriculture dans des conditions difficiles, le programme de l'événement d'Avril 2009 focalisera sur les mécanismes des résistance des plantes à la sécheresse et la salinité.

Des sommités ont été invitées pour éclairer cette approche. Comme l'une des principales missions de la SMBBM est le développement des enseignement de la Biochimie et de la Biologie Moléculaire, les organisateurs ont prévu toute une journée (25 Avril 2009) sur les approches d'enseignement des deux disciplines pré-citées.

Sciences de la vie. Livres

-
Newsletter 8: secheresse - salinite, biotechnologies au Maghreb, émissions de gaz