Accueil --- Biotechnologies classiques et modernes --- Biodiversite -- Diversité génétique (mesures) -- Environnement --- Amélioration génétique des plantes --- Techniques --- Techniques-video --- Annonces --- Newsletter --- Tests des connaissances --- Manifestations scientifiques --- E-books --- Liens --- Contact

Les Biotechnologies au Maroc. Etat des lieux et domaines prioritaires

Biotechnologies au Marc: Rapport en Arabe, Rapport en Français

THEME 3: Biotechnologies et environnement

Contribution à l'étude de la rayure réticulée de l'orge au Maroc due au Pyrenophora teres f.sp teres : analyse de la virulence

N. AIT DAOUD 1, A. ALLAMI 1 , F. BENTATA 2, M. LABHILILI2, A. SOULAYMANI1, A. MOKHTARI1, F. GABOUN 3 , D. BENALI1

1 Faculté des Sciences de Kenitra
2 Laboratoire de biotechnologie, Institut National de Recherche Agronomique à Rabat

biotechnologies

La présente étude a été entamée pour contribuer à la connaissance de la variation pathogénique chez Pyrenophora teres. Au Maroc cette étude a été réalisée à l'Institut Nationale de Recherche Agronomique à Rabat (Laboratoires de Phytopathologie et de Biotechnologies, Guich), en collaboration avec le laboratoire de Pharmacologie et Toxicologie de la Faculté des Sciences de Kenitra et entre dans le cadre du projet de Protars ( N°P5T1/ 05).
38 isolats de Pyrenophora teres ont été utilisés pour l'inoculation de 5 variétés d'orge, les observations ont portées sur la notation de la sévérité de la maladie à l'aide de l'échelle de Tekauz (1985), le type de symptôme ainsi que le % de surface foliaire attaquée par chaque isolat vis à vis des 5 variétés d'orge . Parmi les 38 isolats testés, les isolats 27 et 29 originaire du Nord et de Doukkala se sont révélés virulents vis à vis des 5 variétés . Alors que la variété Tamellalet a montré plus de résistance vis à vis du champignon Pyrenophora teres f.sp teres, que les autres variétés utilisées comme gamme différentielle.
L'analyse effectuée par le cluster analysis a permis de regrouper les variétés selon leurs réactions vis à vis des 38 isolats. Ceci a permis de regrouper les 38 isolats en12 groupes différents.
Mots clés : Pyrenophora teres, variabilité pathologique, analyse de virulence.


Activité antifongique des extraits de quelques Asteraceae contre la croissance mycélienne des champignons pathogènes des agrumes en post récolte

H. ALILOU 1, B. CHEBLI 2, R.ROUHI 1, R. & L.M. IDRISSI HASSANII

1Laboratoire de Symbiotes racinaires et Biochimie végétale, Faculté des Sciences, Agadir, B.P. 8106 Cité Dakhla Agadir.
2Laboratoire de génie de l'eau et de l'environnement, Ecole Nationale des Sciences Appliquées
E-mail : hakim_alilou@yahoo.fr

Etant donné les risques que présentent les stocks de pesticides et les coûts élevés de leur élimination en toute sécurité et dans le respect de l'environnement et la santé humaine, la solution à long terme du problème passe par la prévention. Dans une perspective de démarche préventive de lutte intégrée nous avons jugé important de rechercher parmi les composés naturels des extraits de plantes médicinales, ceux qui ont une activité antifongique contre la croissance mycélienne de certains champignons qui attaquent les fruits et légumes en post récolte. Cette méthode préventive peut favoriser la réduction significative de l'utilisation des pesticides, et en particulier les fongicides.
Bubonium odorum, Bubonium imbricatum et Cladenthus arabicus constituent un patrimoine local floristique important (cette flore n'est en grande partie décrite que d'un point de vue botanique). Ces plantes vont être testées pour leur activité antifongique contre les champignons : Penicillium digitatum, Penicillium italicum, Geotrichum candidum et Phytophthora citrophthora. Ce travail est motivé par l'importance thérapeutique et économique de ces plantes au Maroc et entre dans le cadre de la valorisation des plantes médicinales dans notre pays.

Mots Clés : Activité antifongique, plantes médicinales, champignons post récolte, lutte préventive.

Céréales

Application des outils de Biotechnologie pour l'amélioration de l'orge " Technique RAPD ".

A.ALLAMI* , N. AIT DAOUD*, M. LBHILILI**, F. BENTATA**, S. JAYCHE* , D. BENALI*, A. SOULAYMANI*, A. KHADMAOUI*, A. MOKHTARI*.
*Laboratoire Pharmacologie et toxicologie fac des sciences kenitra
** INRA Rabat


L'agriculture marocaine souffre de l'effet de plusieurs contraintes biotiques et abiotiques, devant ces contraintes qui handicapent le développement de l'agriculture, la création et la sélection des variétés plus productives et de bonnes qualités par les procédés classiques est devenu un processus long et couteaux, n'aboutissant pas, parfois aux résultats escomptés. Les nouveaux outils de biotechnologie peuvent contribuer d'une manière plus efficiente au développement de notre agriculture en assistant l'amélioration génétique des principales cultures.
L'orge est cultivé sur 2 M d'hectare, où elle supporte la nutrition humaine mais surtout la production animale. Cependant la faiblesse de la moyenne nationale de rendement de cette Culture est due que chaque année attaquer par une large gamme de ravageurs, maladies et mauvaises herbes qui affectent de l'espèce végétale, et de l'écosystème.
Parmi les maladies qui causent des dégâts importants sur l'orge , nous pouvons citer la rayure réticulée causé par Pyrenophra teres (P.teres).
l'agent pathogène de cette maladie présente une grande variabilité dans ses caractères culturaux, morphologiques et dans son pouvoir pathologique. Cette variabilité pose des problèmes majeurs en terme de suivie et de contrôle de la maladie pour améliorateurs .
Le développement récent des technique Moléculaire en mycologie a permis de caractériser leur variabilité et de préciser la taxonomie des champignons.
Mots clés :outils Moléculaires, Pyrenophora teres, extrction ADN , RAPD .


Résistance de Colletotrichum aux fongicides et étude in vitro de l'efficacité de la lutte biologique


M. AMENSOUR1, A. LAMARTI2 & A. MAOUNI2

1FACULTE DES SCIENCES DE TETOUAN, DEPARTEMENT DE BIOLOGIE, M'HANNECH II. LABORATOIRE DE BIOTECHNOLOGIES ET AMELIORATION DES PLANTES, B.P. : 2121. 93002 TETOUAN, 2ECOLE NORMALE SUPERIEURE.

L'anthracnose est une maladie très fréquente chez le Fraisier. L'agent pathogène est le Colletotrichum, ce dernier cause des dégâts considérables sur les cultures non traitées. Les différentes parties de la plante peuvent être attaquées par le champignon. Le fruit est l'organe le plus infecté, sur lequel on observe des lésions rondes de 1 à 2 cm de diamètre légèrement enfoncées avec des taches et des akènes noirs.

Plusieurs souches ont été isolées et purifiées. Ces dernières se développent sur tous les milieux; une bonne croissance a été observée sur les milieux MEA et PDA. Le milieu " Fraise " donne une meilleure sporulation. La lutte contre cette maladie se fait généralement par l'utilisation des fongicides.

L'Azoxystrobine, le Chlorothalonil et le Carbendazime sont moyennement efficaces sur la croissance des isolats. Par contre, à faible dose le Fénarimol est actif et réduit la croissance. Sur la germination, l'Azoxystrobine et le Fénarimol sont sans effet. Alors que, le Chlorothalonil et le Carbendazime sont efficients. La sporulation est fortement atteinte par le Fénarimol (à faibles doses), le Chlorothalonil et le Carbendazime. Quant à l'azoxystrobine, il agit modérément sur la sporulation. Nous avons également recherché des microorganismes antagonistes de Colletotrichum à partir de la rhizosphère et des racines du Fraisier. Vingt cinq bactéries ont été utilisées dans le control biologique in vitro.


Séléction des Pseudomonas fluorescents antagonistes de Clavibacter michgiganensis subsp. michiganensis agent causal du chancre bactérien de la tomate.

N. AMKRAZ

Faculté des sciences Ibn Zohr- Agadir cité Dakhla Agadir 80000

Les isolements de Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis (C.m.m.), agent causal du chancre bactérien de la tomate, ont été réalisés à partir des plants de tomate malades. Ces derniers proviennent d'exploitations de tomate de la région de Souss-Massa Drâa, Maroc. Ils présentent tous les symptômes de cette bactériose ; confirmant ainsi l'importance de la maladie dans la région. En l'absence de moyens de lutte efficaces pour le contrôle du chancre bactérien ajouté aux effets néfastes des pesticides sur la santé des consommateurs de tomate d'une part et sur l'environnement d'autre part, la lutte biologique constitue une alternative potentielle. Soixante-dix rhizobactéries antagonistes à C.m.m. sont isolées parmi les Pseudomonas fluorescents (P.F.) de la rhizosphère des plants de tomate saines situées dans un foyer de chancre bactérien. 74% de ces souches bactériennes proviennent des racines mêmes {Rhizoplan (RH)+Endorhizosphère (ER)}.Ces P.F. sont triées à base de leur pouvoir inhibiteur ¨in-vitro¨ de la croissance de C.m.m. en fonction du diamètre de la zone d'inhibition (compris entre 9 et 30mm) et de l'origine d'isolement (ER + RH), quatorze souches ont été sélectionnées. Or un bon agent de contrôle biologique doit arriver à coloniser le système racinaire de la plante à protéger avant la microflore indigène. Donc le pouvoir colonisateur des souches sélectionnées avait été évalué. Les souches antagonistes sont tout d'abords marquées par la résistance à la Rifampicine. Sept souches seulement ont donné des mutants stables résistant à cet antibiotique :RN2, RN4, RN11, RN40, RN63, RN64, RN66. Ces mutants sont utilisés pour la bactérisation des semences de tomate (Var. Daniella). Le système radiculaire des plantules, obtenues à partir des graines bactérisées avec les souches mutantes, est étalé sur le milieu KB amendé de l'antibiotique de marquage (La Rifampicine). Cinq souches sur sept forment des manchons continus autours des racines principales et secondaires de 75% des plantules. Les deux souches qui restent colonisent uniquement la racine principale de 25% des plantules. Les meilleures souches colonisatrices proviennent du Rhizoplan (RH) et de l'Endorhizosphère(ER).


Utilisation des paramètres biochimiques (Biomarqueurs) chez les moules pour l'évaluation de l'état de santé des côtes marocaines

A. BANAOUI, M. AZDI, F. EL HAMIDI, A. KAAYA, A. ZEKHNINI & A. MOUKRIM

Laboratoire Eau et Environnement LEE, Faculté des Sciences, BP : 8106 , Agadir 800000, E-mail: banaouia@yahoo.fr

Les côtes marocaines comptent parmi les plus riches du monde. Leurs sites à grande diversité et à forte productivité leurs confèrent des intérêts écologiques et socio-économiques. Cependant, certains secteurs de ces côtes ont connu ces dernières décennies des activités industrielles et agricoles relativement importantes.
L'objectif du présent travail consiste en une contribution à l'évaluation de l'état de santé des côtes marocaines (atlantiques et méditerranéennes) en utilisant la réponse des biomarqueurs (AChE, GST, MTs et BPH) ainsi que l'analyse chimique de certains métaux lourds et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) chez le mollusque Perna perna utilisé comme espèce sentinelle.
L'analyse chimique montre de fortes contaminations, dans les sites recevant les rejets de traitement de phosphates, par le cadmium Cd (29 et 17,39 µg/g PS respectivement à Jorf Lasfar et Safi) et le Cu (72 µg/g à Jorf Lasfar). L'impact de cette pollution s'étend selon un gradient de concentration vers le sud. Les taux en Cd élevés rencontrées dans le site de Cap Juby (CB) seraient dus à l'effet de l'upwelling. Le cuivre Cu suit la même tendance que le Cd avec de forts taux enregistrés chez les moules originaires des sites de Safi et Jorf Lasfar. Pour le zinc les concentrations enregistrées témoignent d'une possible contamination chronique dans la majorité des côtes marocaines. Concernant les HAP, les côtes méditerranéennes et le secteur de Kénitra - Jorf Lasfa des côtes atlantiques sont les plus contaminés (1125,9 et 244,6 ng/g respectivement à Martil et Casablanca).
Les résultats de l'analyse des biomarqueurs ont montré des réponses significatives suivant le degré de pollution des sites prospectés. En effet, les MTs sont induites chez P. perna des sites contaminés par le Cd et Cu (160 et 115 µg /g PF respectivement à Jorf Lasfar et Safi, pour le Cd) ainsi qu'au site à upwelling (Tarfaya). L'activité GST est induite chez les mollusques des sites pollués, alors que l'activité AChE est significativement inhibée dans ces derniers. Quant à l'activité benzo (a) pyrène hydroxylase (BPH) cytochrome P450 dépendante, biomarqueurs généralement corrélé à la présence des HAP dans le milieu, les fortes activités ont été enregistrées dans les sites les plus contaminés par les HAP, nous citons particulièrement les ports de Kabila, Nador et Tanger (avec des activités respectivement de 61,22, 56,71, 53,64 pmol/min/mg protéines). Alors que ces valeurs sont plus faibles dans les sites les moins contaminés par ces polluants (Sidi Moussa, Cap Ghir, Tarfaya et Dakhla).
Mots clés : Biomarqueurs, métaux lourds, Hydrocarbures Aromatiques polycycliques, Perna perna, Maroc.



Recherche rapide dans ce site et les sites liés de l'auteur (Fr, Ar, Eng) - بحث سريع في هذا الموقع و المواقع المرتبطة للمؤلف:


QCM, Exercices, Examens en Sciences de la Vie-Biochimie dans le livre (+ CD), Arabe et Français:


 

 

Biochimie et applications en biotechnologies


Les sources de contamination dans l'industrie agro-alimentaire liées à l'eau

S. BEQQAL (1) & M. TIJANE (2) :

(1) Complexe de Formation Agro-alimentaire et Plasturgie, OFPPT, avenue Mimosa , Ain Sbaâ - Casablanca . Email : said_beqqal@yahoo.fr
(2) Laboratoire de biochimie, Faculté des Sciences -Agdal, Avenue Inb Batouta, Rabat


La qualité de l'eau est une préoccupation croissante dans les industries agro-alimentaires.
L'eau constitue l'ingrédient majeur de certaines industries et elle intervient au cours de la fabrication de produits tels que ceux de la charcuterie. Elle est utilisée abondamment lors du nettoyage et de la désinfection, étapes essentielles dans la maîtrise de la qualité ' d'hygiène et de la sécurité des productions alimentaires.
La quantité d'eau utilisée par les industries agro-alimentaires atteint 25 millions de m3 avec 2,2 % par rapport au volume total d'eau consommée par les industries au Maroc. Dont les eaux de forage représentent 55 % et 23 % de celles des eaux de surfaces. Vue l'importance de la pollution dans les certaines régions du Maroc, et l'utilisation des eaux usées à l'état brute dans l'agriculture, les produits agricoles utilisés comme matière première, seront une source de contamination dans l'usine de transformation agro-alimentaire. En plus, des contaminations microbiologiques de l'eau dans les refroidisseurs en boulangerie sont fréquemment rencontrées et ont pour conséquences des contraintes technologiques importantes (baguettes tordues, défaut de mélange eau/farine, eau se reformant après repos de la pâte…) et lors d'addition de l'eau dans les aliments pour régler le taux d'humidité comme le cas du beurre ou des produits allégés.

Après l'utilisation des eaux dans différents ateliers de fabrication, il est nécessaire d'évacuer les eaux usées dans les caniveaux couvert ou enterrer pour respecter l'hygiène des ateliers, des personnels et des matériels. Et par conséquent, d'empêcher la prolifération des insectes vecteurs de la contamination. Plusieurs industriels s'interrogent sur les plans de contrôle mis en place actuellement et sur leurs améliorations possibles, d'autant plus que les exigences des clients sont croissantes dans ce domaine. De même, la réglementation en matière de qualité de l'eau est de plus en plus stricte. Donc des analyses des eaux en générale (microbiologiques, physico-chimiques, …) s'avère nécessaire et même indispensable avant toute utilisation industrielle.

Enfin, la gestion et le traitement des eaux résiduaires des industries agro-alimentaires an niveau de l'usine réduit le taux de contamination des produits, et peut donc garantir la qualité et la sécurité des produits lors de la fabrication.


Effets de différentes sources d'azote sur le processus du compostage des sous-produits du palmier dattier contaminés par Fusarium oxysporum f.sp albedinis.

K. CHAKROUNE (1), M. BOUAKKA(1), L. COTHARRERA(2), M. SOLIVA(3), M.I. TRILLAS(2), A. HAKKOU(1).

(1) Université Mohamed I. Faculté des Sciences. Département de Biologie. Route Sidi Maafa. Oujda. Morocco.
(2) Universitat de Barcelona, Facultat de Biologia, Fisiologia Vegetal, Avda. Diagonal, 645. 08028 Barcelona. Spain
(3) Universitat Politécnica de Catalunya. Escola Superior d'Agricultura de Barcelona. Departament d'Urgell, 187. 08036 Barcelona. Spain

La palmeraie de Figuig d'une superficie de 700 hectares produit une biomasse importante de 8.000 tonnes chaque année dont 30% sont générés par les palmiers détruits par Fusarium oxysporum fsp albedinis. Ces sous-produits ont été compostés en présence des taux différents du fumier bovin, de l'urée ou de l'azote ammoniacal tout en maintenant l'humidité à des taux optimums de 60 à 70%. Au cours du processus du compostage et quel que soit le taux du fumier ou de l'azote dans les andains, le pH reste stable et relativement basique de 8,2 à 8,7. A l'inverse, la conductivité électrique chute de 25 à 30%. L'évolution des températures internes dans les différents andains dépend du volume du fumier ajouté au mélange : une phase thermophile se présente en deux périodes : une période courte (2 à 3 jours) caractérisée par une augmentation rapide de la température, suivie d'une période de 25 jours où la température reste élevée entre 50 et 70°C pour les andains riches en fumier. L'ajout des composés azotés l'urée ou l'azote ammoniacal n'a rien changé dans l'évolution de ces températures.
Dans les andains contenant du fumier l'agent pathogène Fusarium oxysporum fsp albedinis, responsable de la fusariose vasculaire du palmier dattier (Bayoud) a été complètement éliminé. L'intensité de sa destruction dépend du taux du fumier introduit dans l'andain, chaque fois que ce taux est grand, chaque fois que l'élimination est rapide. A l'inverse, la présence de l'azote ammoniacal favorise la prolifération de l'agent pathogène d'environ 62%. Les expérimentations réalisées sur des morceaux des rachis des palmes infectées par Fusarium oxysporum fsp albedinis, montent bien qu'il suffit d'incuber les sous-produits infectés pendant 6 heures à 70°C ou pendant 72 heures à 50°C pour détruire complètement l'agent pathogène logé dans ces sous-produits.


Effet du nématicide Flash sol appliqué par injection au goutte à goutte à celui du Bromure de Méthyle sur les nématodes à galles de la tomate

Z. FERJI*, M. EDDAOUDI **, M.C. ELBOUCHTAOUI*, B.CHEBLI *** & S. IDOUMGHAR*

*: IAV, Hassan II, complexe Horticole d'Agadir, BP 138 Agadir Maroc
** : Institut National de la Recherche Agronomique, centre régional d'Agadir BP 124 Inzegane , Maroc
*** : ENSA, Agadir Maroc

Dans le cadre de recherche d'alternatives à l'utilisation du bromure de méthyle dans la lutte contre les nématodes à galles associée à la culture de la tomate ; le nématicide FLASH SOL (dichloropropène 72% + chloropicrine 43%) a été testé. L'objectif a été de comparer l'efficacité de ce nématicide sur l'évolution de la population des nématodes à galles dans le sol et l'effet sur le rendement de la culture de tomate à celui du Bromure de Méthyle.
La désinfection totale du sol a été obtenue avec l'application de chaque nématicide. Les populations de nématodes sont restées à des niveaux quasi nuls pendant les cinq premiers mois du cycle de la culture. Vers la fin du cycle de la culture le taux de population des nématodes dans les parcelles traités au Flash sol est passé à 200% par rapport à celui du bromure d méthyle dans le cas d'un essai ou la variété " Durinta " greffée sur " Lucia " est utilisée. Cette différence a été notée au niveau de l'indice de galles sur les racines. Cependant, ce dernier reste significativement inférieur à celui du témoin non traité. Par contre, aucune différence n'été constaté dans le cas du deuxième planté par la variété " Pitenza " greffée sur " Beaufort " pour lequel ce taux est maintenu à un niveau relativement très bas et ou les dégâts sur racines sont négligeables pour les deux nématicides.
En ce qui concerne le rendement aucune différence n'été constaté entre le Bromure de Méthyle et le Flash sol dans l'essai ou la variété utilisée est " Pitenza " " greffée sur " Beaufort ". Alors que, dans le cas du deuxième essai la variété " Durinta " greffée sur " Lucia " a accusé une légère supériorité dans la production avec le bromure de méthyle par rapport au Flash sol.


Cash crop halophytes, an alternative for sustainable use of saline water

S. DAOUD(1), M. C. HARROUNI(2) & H.-W. KOYRO(3)
(1) Faculté des Sciences, Université Ibn Zohr, Agadir, Morocco
(2) Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Agadir, Morocco
(3) Justus-Liebig Universitaet, Giessen, Germany


Salinity has substantial adverse economic and hence social effects in Morocco as it causes deterioration of agricultural lands. Saline irrigation of halophytes promote biomass production and offers an opportunity to bring these lands into a form of agricultural production, since halophytes can be used for fodder, land reclamation, dune stabilisation and landscaping. The aim of this research is to determine the level of salinity tolerance of a number of halophytic species irrigated with several seawater concentrations, and to study the mechanisms involved by these plants to survive high salinity.
Six halophytic plants: Sesuvium portulacastrum, Batis maritime, Aster tripolium, Limoneastrum multiflorum, Spartina alterniflora and Avicennia germinans, were grown under controlled conditions in a "quick check system", an automated irrigation and drainage system for growth of halophytes (Koyro, 1999), in which plants were grown in coastal sand and irrigated with 4 seawater fractions: full strength (100%), 75, 50, and 25% seawater compared with a control irrigated with tap water.
Maximum growth, as expressed in dry weight, for all species occurred in low and moderate salinity treatments. Beyond the optimum treatment a progressive decrease in dry weight of different parts of the plants was registered with the increase of seawater concentration. However, the limit of salt tolerance differed from one species to another. To ovoid ion toxicity some plants (A. germinans, L. multiflorum, and S. alterniflora) excluded salts from the leaves. The other plants (A. tripolium, B. maritima and S. portulacastrum) accumulated high amounts of salts.
Halophytes irrigated with seawater represent a considerable potential as crop plants, since seawater is rich on K, Ca, and Mg which are important for a number of physiological process in the plant.
Studies of salinity tolerance of plants irrigated with seawater in a quick check system under greenhouse conditions, is the first step for the development of cash crops.
Increased research on the selection of halophytic species which have an economic utilisation may enable the rehabilitation and revegetation of salt-affected lands given that the appropriate soil and irrigation management is applied.
Key words: Salinity, halophytes, seawater irrigation, salinity tolerance.


Effet Nematicide d'extraits végétaux

N. EL ALLAGUI*, M. BOURIJATE **, a. hatimi* ET S. TAHROUCH*


*Laboratoire de Symbiotes Racinaires et Biochimie Végétale. Universite Ibn-Zohr, Faculte des Sciences Agadir, BP 8106 cités Dakhla Agadir 80000-Maroc.
** Laboratoire de Nématologie ; I.N.R.A centre régionale du Souss Sahara, BP 124 Inzgane Agadir 8000 Maroc

Les extraits aqueux de cinq plantes différentes (Acacia gummifera, Ceratonia siliqua, Ononis natrix, Tagete patula et Peganum harmala) sont utilisés comme nématicides contre Meloidogyne spp ; nématodes à galles. Ces derniers, également appelés anguillules, sont des ravageurs particulièrement difficiles à éliminer en agriculture biologique mais aussi en agriculture conventionnelle. Les nématodes à galle provoquent des dégâts considérables sur les cultures maraîchères, les plantes fruitières et ornementales. Les nématodes de la tomate, sujet de notre étude, sont sensibles au gel et leur développement est donc limité dans les zones tempérées. Toutefois, le problème demeure important dans notre région (Souss-Massa ) où les températures vont rarement en deçà de 15°C. Depuis les années 60, plusieurs recherches sont menées sur les techniques susceptibles de réduire et/ou de repousser les nématodes surtout ceux de la tomate. Cette recherche s'est surtout faite dans les pays en voie de développement car pour eux les nématicides sont souvent importés et donc coûteux, en plus d'être des produits d'usage très dangereux pour l'environnement. Notre travail s'inscrit donc dans le contexte de recherche de méthodes de lutte biologique contre les nématodes des cultures maraîchères protégées (tomate, bananier, melon…). L'utilisation d'extraits aqueux de plusieurs plantes différentes, directement sur les nématodes, a montré un pouvoir nématicide de ces extraits variant entre 60 et 95 %. Parallèlement à cette étude nous avons effectué un screening phytochimique de ces cinq espèces pour avoir un aperçu général sur la composition en métabolites secondaires des plantes testées pour leur effet nématicide.
La comparaison de l'efficacité des extraits aqueux avec celle du nématicide utilisé comme témoin (Vydat) a montré que P. harmala, a un effet similaire à celui-ci, cela est probablement du à la richesse des graines de cette plante en alcaloïdes (harmine et harmaline essentiellement). Les extraits de A. gummifera et T. patula présentent également un pouvoir nématicide intéressant, 84% et 82% respectivement. L'analyse phytochimique de ces deux plantes a montré une teneur, relativement, importante en flavonoïdes au regard des autres métabolites secondaires. Les extraits de O. natrix et C. siliqua ont également montré un effet nématicide vis à vis de Meloidogyne, 71% et 67%, respectivement.


Effets Phytotoxiques du Fongicide Carbendazime sur le Metabolisme de l'Azote chez les plantes du Tabac (Nicotiana tabacum var.Tennessee 86)

A. EL GHARBAOUI, J. M. RUIZ, L. R. MONREAL

Departement de Physiology Végétale, Faculté des Sciences, Université de Grenade Espagne

L'étude de l'effet phytotoxique que certains Benzimidazoles peuvent éxecer sur les plantes a une importance primordiale dans le but de maîtriser et contrôler l'application de ces fongicides dans l'agriculture. L'objectif de ce travail est de deteminer l'effet du Carbendazime sur les feuilles des plantes du tabac (Nicotiana tabacum var. Tennessee 86) en étudiant le métabolisme de l'azote, dont l'importance de cet élément, est primordiale dans les processus de développement et de la croissance des plantes.
Le Carbendazime est appliqué directement sur les feuilles, par un spray, en trois doses différentes, 1.3 mM (carb1), 2.6 mM (concentration recommandée, carb2) et 5.2 mM (carb3).Le traitement carb1 a favorisé une meilleure assimilation de l'azote, car il a augmenté l'activité de Nitrate Réductase (NR), Nitrite Réductase (NiR), Glutamate synthase (GOGAT) ainsi que la concentration des acides aminés, protéines et l'azote organique, ce qui a permis une meilleure production de la biomasse.Cependant, l'application de ce fongicide a des doses plus élevées (carb2, 2.6 mM; carb3, 5.2 mM) a réduit les activités enzymatiques citées antérieurement, les concentrations des composés azotés résultants et la production de la biomasse. En plus, l'application du traitement carb3 s'est avérée phytotoxique et a provoqué l'apparition des zones nécrotiques sur les feuilles de tabac.
L'analyse des résultats montre un effet bénéfique de l'application du Carbendazime à de faibles concentrations, permettant une meilleure activité métabolique de l'azote et une meilleure production des plantes


Identification des marqueurs Moléculaires de type PCR pour la détection du Mi-1.2, le gène de résistance aux nématodes à galle Meloidogyne spp, dans le germplasm de tomate résistant aux Begomovirus (TYLCV).


K. EL MEHRACH1,2, S. TAHROUCH1, M. SEDEGUI2, L. MEJIA3, D.P. MAXWELL2 & A. HATIMI1

1Laboratoire de Symbiotes racinaires et Biochimie végétale, Université Ibn-Zohr, Faculté des Sciences, Agadir-Maroc. E-mail : khadija242002@yahoo.fr
2Russelles Laboratories, Department of Plant Pathology, University of Wisconsin-Madison, USA.
3Université de San Carlos, Guatemala

Pour détecter le gène "Mi-1" de résistance aux nématodes à galle (Meloidogyne spp.) dans des plants de tomates résistants au TYLCV, plusieurs marqueurs sont utilisés.
Le marqueur CAPS (Cleavage Apmlified Polymorphic Sequence) développé par Williamson et al. (1994) est testé sur des variétés de tomates (Lycopersicon esculentum) résistantes et sensibles aux nématodes à galle. Ces variétés possédent différentes introgressions au niveau du locus Mi-1 (introgression de: L.. esculentum; L. peruvianum; L. hirsutum et L. chilense).
Les résultats obtenus ont révélé un faux positif avec deux lignées sensibles aux nématodes à galle, h902 et TY52, utilisées au Maroc et au Guatemala comme source de résistance aux Begomovirus. D'où la mise au point d'un nouveau marqueur PCR, PM3Fb/PM3Rb, désigné au niveau de l'extrémité 3' du gène de résistance aux nématodes à galle, Mi-1.2. Ces amorces ne doivent amplifier un fragment de 500 pb que si le gène Mi-1.2 est présent. Ainsi, une multiplexe PCR est développée en combinant les amorces REXF1/REXR2, identifiées par Williamson et al. (1994), avec les amorces spécifiques au gène Mi-1.2, PM3Fb/PM3Rb. Toutes les plantes testées ont donné un fragment de 720 pb correspondant à la taille du fragment REX. Les plantes résistantes présentent en plus du fragment 720 pb, un autre fragment de 500 pb, amplifié avec les amorces PM3Fb/PM3Rb. Néaumoins, cette multiplexe PCR ne permet pas de distinguer entre les plantes résistantes homozygotes et héterozygotes. Un couple d'amorces (PMiF3/PMiR3) est alors identifié à partir de la région promotrice du gène Mi-1.2. La PCR avec ce couple d'amorces a détecté un seul fragment de 350 pb chez les plantes sensibles ayant l'introgression de L. esculentum; un fragment de 550 pb chez les cultivars résistants homozygotes (introgression de L. peruvianum) et les deux fragments, 350 pb et 550 pb, chez les cultivars résistants héterozygotes (L. esculentum/L. peruvianum).
Les deux protocoles PCR : la multiplexe PCR avec les amorces REX et PM3Fb/PM3Rb et la PCR avec les amorces PMiF3/PMiR3 ont permis de détecter le gène Mi-1.2 de L. peruvianum et aussi de bien distinguer entre les plantes résistantes et sensibles. L'apport important de ces deux protocoles sera d'un interêt certain dans les programmes d'amélioration, notamment ceux impliquant les lignées h902 et TY52 comme source de résistance aux Begomovirus.


Apport des marqueurs Moléculaires pour le contrôle de la pollution génétique (cas de cupressus spp).

A. EL MOUSADIK, A. BECHIER, B. FADY & C. PICHOT

Laboratoire d'Agroforesterie et de génétique Moléculaire, Faculté des Sciences, Univ. Ibn Zohr, BP 8106 Agadir, Maroc
Unité de Recherches Forestières Méditerranéennes, Av. Vivaldi, 84000 Avignon

L'introduction de cyprès exotiques (C. sempervirens et C. arizonica Green) au Maroc parfois à proximité directe des peuplements de cyprès de l'Atlas (espèce endémique du haut Atlas marocain) fait courir un risque de pollution génétique par introgression. Certains de ces peuplements naturalisés sont également utilisés comme source de graines. Les décalages phénologiques entre espèces limitent sans doute les possibilités d'inter croisement mais ne les éliminent pas complètement D'autre part les connaissances actuelles ne nous permettent pas d'évaluer précisément les niveaux de compatibilité interspécifique. Aussi, la détection des éventuels hybrides revêt un enjeu de première importance. Dans ce contexte, l'objectif de ce travail consiste à caractériser l'espèce endémique de celles introduites. Certains critères morphologiques comme le nombre de cotylédons serait susceptible de fournir une première information, mais seuls des marqueurs biochimiques et Moléculaires pourront confirmer ces possibles hybridations.
Les résultats obtenus par les AFLP fournissent une première caractérisation Moléculaire des cyprès nord africains; ainsi il a été possible de localiser deux locus caractéristiques de C. atlantica et un autre de C. sempervirens. La comparaison après séquençage des fragments AFLP caractéristiques de C. atlantica et de C. sempervirens peuvent fournir des éléments de réponse sur leur phylogénie. Toutefois, les marqueurs biochimiques restent puissants pour le contrôle d'introgressions ou de pollution génétique provenant de C. arizonica.


Influence d'abris-serres individuels sur la photosynthèse de jeunes plants d'arganier (Argania spinosa L. Skeels) et l'approvisionnement en gaz carbonique

Mohamed FALLAH 1*, Christian DUPRAZ 2, Myriam DAUZAT 2

1 FACULTÉ DES SCIENCES, Laboratoire d'agroforesterie, B.P. 28/S, AGADIR, MAROC.
2 INRA, Laboratoire d'Ecophysiologie des plantes sous stress environnementaux, Montpellier, FRANCE.
E.Mail : m.fallah@esta.ac.ma

La régénération de la forêt d'arganiers (espèce endémique marocaine menacée) est un échec complet, principalement à cause de l'abroutissement par les animaux domestiques. La protection individuelle de chaque jeune arbre par un abri-serre pourrait contribuer à l'installation de nouveaux peuplements, en évitant les conflits entre les éleveurs et les forestiers. La tolérance des jeunes plants d'arganiers aux conditions microclimatiques très particulières régnant à l'intérieur de ces abris a fait l'objet de ce travail. C'est la première fois que l'impact microclimatique de ces abris est mesuré sous des latitudes aussi basses et sous un climat aussi chaud. On compare quatre différents types d'abris à effet de serre, caractérisés par deux niveaux de luminosité et d'aération. Les teneurs en gaz carbonique sont très faibles dans les abris non aérés où elles peuvent descendre en dessous de 0,01% en début de matinée. Au cours de l'après-midi, on observe une remontée des teneurs en CO2 qui restent cependant inférieures aux valeurs de l'air externe. Dans les abris aérés, au contraire, les teneurs en CO2 restent proches des valeurs des teneurs externes, ce qui montre l'efficacité de l'aération. A l'intérieur des abris, les jeunes plants doivent s'adapter à des niveaux de luminosité faible et des teneurs en gaz carbonique très fluctuantes. Ces conditions sont très différentes des conditions naturelles. A partir de ces résultats, des recommandations pratiques sont dégagées sur la conception et l'utilisation d'abris-serres dans les conditions climatiques du sud marocain.
Mots-clés : Argania spinosa / reforestation / Maroc / abri-serre


Numération des micronoyaux et évaluation de la cinétique cellulaire chez une population exposée aux eaux usées

K. GLOUIB 1*, S. EL KETTANI 2, B. CHARAF 1 & A. HILALI 1*

1 Laboratoire de Cytogénétique et Toxicogénétique, Université Hassan 1er, Faculté des Sciences et Techniques de Settat, Maroc.
2 Délégation Provincial de Santé, Settat, Maroc

Face à la rareté et la mauvaise répartition des eaux dans les régions arides et semi-arides, la réutilisation des eaux usées apparaît comme l'une des solutions les plus possibles. Cependant, l'irrigation, en agriculture, par ces eaux à l'état brute n'est pas exempte de risques sanitaires.
Au nord de la ville de Settat, l'Oued boumoussa charrie les eaux usées, issues de la zone urbaine et la zone industrielle, et traverse la communauté rurale des Mzamza et dont les riverains l'utilise pour l'irrigation.
Sur le modèle lymphocytaire, nous avons évalué l'effet de cette pratique sur la cinétique cellulaire, par la mesure de l'indice de stimulation cellulaire (IS), l'indice mitotique (IM) et l'indice de prolifération cellulaire (IP), et sur le patrimoine génétique, par la numération des taux des micronoyaux (MN), chez 40 sujets exposés provenant de la communauté des Mzamza en comparaisons avec 40 sujets témoins provenant d'une communauté rurale et qui n'ont aucun contact avec les eaux usées.
Les résultats, des indicateurs montrent que:
¢ L'IS ne présente pas de différences significatives.
¢ l'IM diminue significativement (p<0.034) chez les sujets exposés 49±29 que chez les témoins 63±35.
¢ l'IP diminue significativement (p<0.044) chez les sujets exposés 1.49±0.28 que chez les témoins1.59±0.15.
¢ Les taux des dommages produits au matériel génétique MN sont significativement (p<8,18E-10) plus élevés chez les sujets exposés 9±5 comparativement aux taux spontané produit chez les sujets témoins 3±2.
Au sin de chaque groupe, il est a noté que la réponse intrinsèque est différente entre les individus.
Mots clés: population exposée, eaux usées, génotoxicité, IS, IM, IP, micronoyaux.
Ce travail a eu le support financière du centre de recherche pour le développement international (Canada) et la fondation Ford (USA) da le cadre du programme Ecosanté


Contribution a l'élaboration d'une espèce sentinelle des eaux douces : Réponse de Melanopsis preamorsa à la pollution métallique.

R. MANAR1, D. MOUNTASSIF 2, N. BOURHIM 2 et A. FAHDE 1.

1 Laboratoire de biologie et écologie animales.
2 Laboratoire de biochimie.
Faculté des Sciences Aïn Chock B.P. 5366, Maârif 20100 Casablanca. Maroc
Email : manar.rach@caramail.com

L'effet de trois métaux lourds (cadmium, zinc et cuivre) sur quatre biomarqueurs chez un gastéropode d'eau douce, Melanopsis praemorsa L., a été étudié dans l'hépatopancréas et le muscle. Dans l'hépatopancréas, nous avons mesuré la catalase (enzyme antioxydante), la glutathion réductase (enzyme de synthèse du GSH) et la peroxydation lipidique (Thiobarbuturic acid recative substances: TBARS). Dans le muscle seulement l'acétylcholinestérase (biomarqueur de neurotoxicité) a été mesurée. L'étude de la CL50 96h a montré que le cuivre est plus toxique comparé au cadmium et au zinc. In vitro, le niveau de TBARS a augmenté avec le cuivre. Ce résultat suggère que le cuivre induit la peroxydation lipidique. Les quatre biomarqueurs sont sensibles à la présence des métaux traces (Cd, Zn et Cu) testés in vivo. Cette sensibilité dépend du métal utilisé, de la dose testée et du temps d'exposition. En général, les effets se manifestent par une inhibition de l'acétylcholinestérase, une variation de l'activité de la catalase et de la glutathion réductase et une augmentation du taux de lipides peroxydés. Une corrélation positive entre concentrations de cuivre et du cadmium et le dommage oxydatif in vivo suggère que ces deux métaux stimulent la production de Espèces réactives dérivées de l'oxygène (ERO).


Déchets des abattoirs, caractérisation, transformation et valorisation

L. ELMOUALDI; M. OUHSSINE et M. ELYACHIOUI

Laboratoire de Biotechnologie Microbienne, Université des sciences IBN TOFAIL, Kénitra

La production des déchets de volailles commence à tenir une place inquiétante. Elle est du à la disponibilité et à l'augmentation de la demande. Quelques prises de mesure se sont développées en matière de traitement. A ce niveau, nous avons utilisé des cultures pures de deux souches bactérienne : LBL1 et LSS5

La matière première et le produit fini ont été analysés. Après 10 jours de fermentation, le pH a passé de6.5 à 3,9 et l'acidité a passé de 0.5 à 1,4%. Les autres paramètres à caractère agronomique ont été étudiés pour le produit fini. Les résultats ont montré les pourcentages: l'azote total est de 2.2%;le potassium est de 56.5% et le phosphate est 10%. Par ailleurs, la qualité hygiénique a été suivie au cours du processus de fermentation. Les microorganismes impliqués pour cet objectif sont : coliformes, staphylocoques, streptocoques, salmonnelle et clostridiums. Pour leur part, les coliformes se sont éliminés après 10 jours. Quand aux staphylocoques et aux streptocoques, leurs abondances étaient pour la même période à niveau non inquiétantes (<10ufc/g)


- ,
Biotechnologies au Maoc 2005. Communications